Concours pour la reconstruction du collège Jean Lamour à Nancy

Concours « Réhabilitation et extension du SDEA Strasbourg »
13/09/2019
Relevé de façades d’un bâtiment
16/09/2019

Concours pour la re-construction du Collège Jean Lamour à Nancy : "Un projet issu de la recherche dʼune relation évidente avec la ville, le paysage, le soleil, le relief, les flux et les fonctions abritées. Une architecture dynamique et intemporelle, libre, raisonnée, pérenne, douce et intimiste.
La parcelle, très minérale et imperméable actuellement, se caractérise par un relief important et très intéressant pourvu quʼon en face un atout, relief qui offre la possibilité de vues plongeantes sur un paysage environnant plutôt riche.
Sur le boulevard Scarpone, le projet mêle une échelle « juste », présente sans être imposante, qui met à profit le linéaire disponible à lʼeffet cinétique de déplacement urbain piétons, vélos et véhicules, et joue des hauteurs par deux arases supérieures descendantes et ascendantes dont le point bas est lʼentrée principale.

Lʼobjectif de compacité, qui sʼest traduit dans un bâtiment à plusieurs niveaux, est parfaitement maîtrisé en termes de gabarit et au service des perceptions urbaines externes et paysagères depuis le cœur du Collège. Sur le boulevard et le carrefour avec la rue Lyautey, la dimension dʼun à deux niveaux perceptibles est essentielle, car, au-delà de la dynamique géométrique et de lʼeffet « signal », elle génère une échelle appropriée, suffisamment noble pour un équipement Collège et peu imposante ou « massive » en vis-à-vis pour lʼhabitat en front de Bvd Scarpone et de la rue Lyautey.

Lʼobjectif de la blancheur est celle de la douceur, du dialogue avec le végétal, des ouvertures dʼapparence « sculptée » (alors quʼil sʼagit globalement de bandeaux vitrés) qui font entrer le paysage dans la vie du bâtiment.
Au sein dʼune architecture de liberté « apparente », se développent des modes de construction, de préfabrication, de maîtrise et dʼéconomie énergétique, de modularité, dʼévolutivité …dʼune rationalité extrême.
La lumière naturelle est au coeur de la conception. Des baies en bandeaux Nord triple vitrage disposent dʼune lumière homogène par la gauche de lʼécriture, au Sud la lumière est gérée par lʼassociation de Brises Soleil Orientables motorisés avec aussi des doubles vitrages en bandeaux. Le « hall-rue » est lumineux, chaleureux, convivial, doux, cet espace est un véritable régulateur des énergies passives externes et du confort interne, il génère lʼunicité des lieux.

A lʼinstar dʼune rue intérieure qui non seulement est un régulateur thermique mais surtout un lieu de motivation, où lʼon se sent à sa place et valorisé comme élève et comme enseignant, où la qualité des vues des parcours architecturaux sur lʼextérieur depuis les escaliers et coursives est évidente, où le principe fondateur est le confort thermique et acoustique, la convivialité, lʼéchange et lʼémulation intellectuelle, il en est de même pour le site lui même. [P. Valantin]

Maître d'ouvrage :

Conseil Général 54

Missions :

Concours

Résultats :

Non lauréat

Budget :

7 700 000 € HT

Surface :

3500 m²

Photos :

Poup'Art / ARX / EMH Architectes

Extranet